Anvers, capitale mondiale du diamant

Le roi de France François 1er a choisi Anvers pour ses commandes de diamants. Mais c’est surtout grâce à sa réputation que cette ville est devenue la capitale mondiale du diamant et cela, malgré les obstacles qu’elle a rencontrés au fil des années.

Avez-vous vu cela : Comment faire briller des diamants ?

Une histoire qui a commencé vers la fin du XVe siècle

AnversInitialement, c’est Bruges qui dominait le marché du diamant, mais vers la fin du XVe siècle, ce titre a changé. Anvers, avec ses tailleurs talentueux, ses nouvelles installations commerciales et sa situation géographique, a conquis le marché. En effet, les tailleurs de cette ville offrent une attention particulière aux détails quand ils façonnent ces pierres. La réputation de ces derniers a augmenté au fil du temps.
Mais c’est également l’ouverture de la route Lisbonne-Anvers qui a rendu obsolète la route commerciale Venise-Bruges. Ensuite, vers le milieu du XVIe siècle, la ville a conquis 40 % du commerce diamantaire mondial. Bien qu’il y ait eu de la concurrence comme Amsterdam, Anvers a tenu bon, notamment suite à l’implantation de la guilde des diamantaires au sein de la ville en 1582.

Le déclin d’Anvers et sa renaissance sur le marché du diamant en 1585

Bien qu’Anvers ait été une ville prospère pour le marché du diamant, elle a connu une chute considérable en 1585. La ville a été attaquée et pillée par le duc de Farnèse. C’est le début du déclin d’Anvers. L’instauration de l’intolérance religieuse a aussi compliqué les choses, car les commerçants juifs et protestants ont dû quitter la ville.
Amsterdam et Francfort les ont accueillis et sont devenus les nouvelles villes du marché diamantaire. À noter toutefois que malgré ce déclin, Anvers n’a pas perdu sa renommée. Elle a gardé contact avec Lisbonne. Le nombre de diamantaires à Anvers a très vite augmenté jusqu’à atteindre 164 en 1961 contre 51 localisés à Francfort.

Dans le meme genre : Comment vendre des bijoux en diamant en ligne ?

Anvers face à Amsterdam : l’Escaut fermé à toute navigation

AmsterdamAprès avoir battu Francfort, Anvers s’est retrouvé face à Amsterdam. Cette dernière était la ville la plus importante en termes de commerce de diamants. Les commerçants y étaient libres civilement et religieusement, ce qui n’était pas encore le cas à Anvers. Un autre fait avait aussi bloqué la ville : la fermeture de l’Escaut à toute navigation.
Suite à la paix de Munster, la ville ne pouvait pas s’approvisionner en diamant via cette voie. La restriction a toutefois été levée en 1863, redonnant à Anvers ses gloires d’autrefois. En plus, de nouveaux diamants ont été découverts en Afrique du Sud, ce qui a favorisé le marché diamantaire de la ville. Pour cause, la renommée des tailleurs de diamants anversois a conquis l’Europe qui a envoyé plusieurs pierres brutes venant d’Afrique du Sud à Anvers.

La révolution industrielle : un tremplin pour Anvers

La révolution industrielle a permis à Anvers de se développer encore plus sur le marché du diamant. L’arrivée de nouvelles machines permettant de travailler les pierres a rendu la vente des diamants accessibles à la classe moyenne. Leurs prix ont aussi diminué. Les demandes ont donc augmenté. Cela a attiré des bourses diamantaires dont le Diamant club van Antwerpen implanté dans le quartier diamantaire d’Anvers depuis 1893.
Même s’il y a eu la Seconde Guerre mondiale qui a poussé la plupart des diamantaires de la ville à fuir aux États-Unis, Anvers a retrouvé sa fougue vers la fin de 1945. Tout s’est stabilisé en 1947 quand la Fédération mondiale des bourses de diamants s’est installée au sein de la ville.
Actuellement, de nombreuses sociétés privées s’y trouvent. La ville est également le siège de plusieurs exploitants de mines de diamants et de revendeurs.

Giselle

Giselle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *